top of page
  • sotharasieng

Le développement du Jean Rsurction

Dernière mise à jour : 14 oct. 2021

Après quelques temps de silence sur notre blog, nous revenons avec l'épisode 2 concernant la future collection RSURCTION. Après avoir détaillé notre chemise oxford, on passe sur le bas pour parler de notre jean selvedge. D'ailleurs, on a eu de petites déconvenues avec notre atelier de chemise, on a donc dû se tourner vers un autre confectionneur, mais toujours en France ! Bref, les aléas du business... Dans ce billet, le jean Rsurction se présente à vous sous toutes ses coutures, ou presque. La toile et la coupe. C'est ça le plus important dans un jean. Alors, on vous en dit plus tout de suite.



Une toile denim Selvedge...made in France


Quand on parle d'un incontournable du vestiaire, et s'il n'en devait rester qu'un, ça serait peut-être le jean. En effet, tout le monde a au moins un jean dans son armoire ou plus ;)


Pour la toile, on a interrogé plusieurs fabricants de denim français. À vrai dire, il n'y en a pas beaucoup. On a beaucoup questionné sur la qualité de la matière, la teinture, évidemment les prix... On pensait que cela allait être simple, mais on a découvert énormément de chose sur ce fameux tissu denim (de Nîmes). Au contact de nos tisseurs, on a beaucoup appris sur la technicité de ce merveilleux produit. Parmi les exigences qu'on avait : la solidité de la toile ainsi que son potentiel de patine (ou délavage) dans le temps. Ce dernier point est crucial pour nous, car le jean est certainement le vêtement dont on a envie qu'il vieillisse bien, contrairement à un t-shirt qui ne doit pas bouger. On a jeté notre dévolue sur une magnifique toile de denim selvedge de chez Tissage de France.

Notre rouleau de tissu selvedge de Tissage de France

Qu'est-ce qu'une toile Selvedge? Le selvedge désigne un type de tissage : un sergé renforcé bien plus serré et dense qu'une toile classique, avec donc des attributs de solidité supérieure. Il se reconnaît à sa lisière, le plus souvent rouge et blanche. La nôtre aura une couleur supplémentaire, vous devinez ? Esthétiquement, le fait qu'il soit réalisé sur de vieux métiers à tisser manuels lui confère des aspérités uniques et irrégulières, faisant la singularité de chaque jean.


On vous expliquera dans un prochain article plus précisément ce qu'est un denim selvedge, car apparemment, vous ne savez pas trop ce que c'est, en tout cas pour plus de 80% d'entre vous. Vous pouvez déjà lire ces 2 articles de Bonne Gueule et Comme un Camion qui vous en disent déjà suffisamment.


Notre denim 100% coton est brut, c'est à dire que le tissu ne subira pas de traitement après confection. Il a une belle couleur indigo profonde. Cela promet un beau délavage.

A gauche : un jean peu porté, A droite le même modèle avec une vraie patine naturelle (bien bien porté). 2 jeans APC de ma collection perso :)

La toile pèse 13,5oz (soit 380g). Le tissu est alors assez épais pour bien se tenir et durer dans le temps, sans se déformer dans tous les sens. C'était le 2ème problème (21%) le plus rencontré que vous avez identifié. Par contre, contrairement à la majorité des denims selvedge, il ne sera pas aussi "cartonneux" lors de premiers ports. Bref, vous n'aurez pas l'impression de porter un tapis sur vos jambes :) Il est relativement souple. Il sera donc confortable dès les premières heures. On ne vous promet pas tout de même pas que vous pourrez monter vos marches d'escalier 4 à 4 !

Notre tisseur, Tissage de France est un vrai expert du denim. Ils reçoivent des balles de coton bio certifié GOTS provenant de Tanzanie et font tout le reste du processus de production pour obtenir le fameux tissu selvedge. La culture du coton y est donc raisonnée et contrôlée, et cela garantit un revenu décent aux producteurs et récoltants. Notre prochain c'est aussi ces Tanzaniens qui récoltent notre coton. Qu'ils soient rémunérés de manière et que les conditions de travail soit dignes est important pour nous. Le label GOTS garantit cela. Toutes les étapes de la filature jusqu'à l'ennoblissement (finition, traitement de stabilisation, apprêtage) sont réalisées en France. Du vrai made in France. Seule la teinture à l'indigo est réalisée en Italie, car on ne peut pas la faire en France techniquement. La teinture à l'indigo permet que la toile se délave naturellement dans le temps donnant une patine singulière à chaque jean selon son porteur.

La particularité d’une toile 100% coton et brute est quelle va nécessairement bouger suite au 1er lavage (rétrécissement) et au cours de sa vie (détente). Effectivement, elle se détendra à force de le porter. Tout en faisant confiance à notre tisseur, on a voulu tester par nous-même comment évolue le tissu en machine domestique, comme à ma maison. On confirme à peu de choses près les éléments transmis par Tissage de France. Il rétrécit différemment en largeur et en longueur. On fera bien entendu le même exercice avec le 1er prototype.


Une Coupe Semi-Slim (ou droite ajustée) : équilibre entre style et confort


La coupe, sera ce qu'on appelle semi-slim ou droite ajustée. L'appellation de la coupe ne veut pas dire grand chose. Pour nous, le plus important, c'est que la coupe de notre premier jean soit le juste équilibre entre l'ajustement nécessaire à la morphologie de chacun et une ampleur suffisante pour assurer un confort quotidien. Oui, le confort ça compte, surtout quand on n’a plus 15 ans et qu’on n’a plus rien à prouver à personne.

Passez votre chemin si vous voulez cette coupe. On vous le jure, c'est bien UN ado sur cette photo/
Ne comptez pas sur nous pour faire un collant. On vous le jure, c'est bien UN ado sur cette photo

Disons qu’avec l’âge le confort prend une place de plus en plus importante quand on choisit un vêtement. Vous avez été près de 50% à plébisciter cette coupe droite ajustée, bien devant la coupe droite. On vous suit là-dessus. On rassure tous les fans de coupe droite, notre coupe ne sera pas trop fittée. On pense aussi à vous, messieurs qui avaient des cuisses musclées après vos intenses séances de crossfit. L'ouverture de la cheville (leg opening) ne collera pas non plus aux chaussettes. Pour ce qui est de la taille, on avait bien ce sentiment pour le chino, mais on ne pensait pas que la demande irait très largement vers une taille naturelle (quelques centimètres sous le nombril) pour le jean. À près de 70%, vous avez préféré cette option! Vous n'avez pas tord, car c'est ce qui confère le meilleur équilibre entre le bas et le haut du corps. Bye bye la taille basse (post)adolescente et l'effet jambe courte. On avait initialement pris l'hypothèse d'une taille moyenne. On a finalement rehaussé légèrement la taille, sur votre demande. Votre avis a bien été pris en compte par Catherine pour faire le patron.


Des détails qui ne sont pas laissés au hasard


Au moment où on écrit cet article, on n’a pas encore trouvé de fournisseur nous garantissant une qualité irréprochable sur les boutons et rivets en métal. On travaille donc pour le moment avec des fabricants européens.

Ce qu'on a demandé en particulier dans notre cahier des charges : des bartaks (gros points d'arrêt) un peu partout et en particulier sur les zones à forte tension, des poches assez profondes pour faire passer vos smartphones, 6 passants doublés et bien d'autres détails cachés sympas .

Quelques zooms sur notre jean

On fait confiance à l'atelier familial Kiplay, basé en Normandie, pour la fabrication de nos jeans. Ce sont des experts en vêtement de travail pour différents corps de métiers, mais ce sont également des maîtres en matière de denim (jean, veste).


Romane, la fille du patron, s'occupe de nous aux petits oignons. C’est Kiplay qui a réalisé notre premier prototype.

La beauté intérieure de notre jean

Votre problème n°1 : le trou à l'entrejambe


On ne pouvait pas passer outre votre problème majeur pour faire certains choix. Votre ennemi n°1, et de loin, que vous avez relevé dans notre questionnaire (40% d’entre vous) par rapport à vos jeans actuels, est le fameux trou à l’entrejambe qui survient plus ou moins rapidement. C’est un problème qu’on retrouve sur les pantalons en général, mais c’est vrai qu’il apparaît plus fréquemment sur les jeans. Et ce, peu importe le prix du jean.


ça c'est du crotch blowout !

Et d’abord, pourquoi plus de trous à l’entrejambe qu’ailleurs ? C’est la zone où il y a plus de tension. Étrangement plus que sur la taille par exemple. En effet, ça tire et se détend un nombre incalculable de fois dans une journée. On marche, on court, on enjambe des escaliers, parfois, certains font même le grand écart ! Résultat : c’est une zone extrêmement sollicitée. Tous ces tiraillements au quotidien, ajoutés à d’autres facteurs qu’on verra plus bas, font qu’à un moment, ça peut craquer. Vous constaterez qu’en général, ça vous arrive toujours au même endroit sur vos jeans. On décèle alors bien qu’il y a quelque chose de propre à soi dans ce processus de « crotch blowout » comme l'appelle les anglais.


Alors, d’où ça vient ? La coupe ? Le tissu ? Les coutures ? L’entretien ?

En vérité, c’est un peu tout ça, mais le « problème » ne vient pas que du jean, il vient également de son porteur comme on disait plus haut. Le tissu du jean est bien plus abrasif que la soie ou le lin. Donc quand ça frotte, cela abîme et endommage petit à petit le tissu. Ainsi, un jean contenant de l’élasthanne ou autre matière apportant soi-disant plus de confort devrait adoucir le côté abrasif du denim. Cependant, il y aura toujours autant de friction et tension. Il subira par contre plus fortement l’effet abrasif. Et une fois qu’il aura commencé à s’affaiblir, le trou se formera plus rapidement. Par ailleurs, les frottements deviennent de plus en plus importants selon la manière dont vous choisissez et portez votre jean. Plus le jean sera porté serré, genre collant de jean, plus il y a aura de tension. De la même manière, une taille basse favorisera également la création du trou en question. D’ailleurs, personnellement, je n’ai jamais ce problème de déchirement (je n’ai jamais été fan des extra slim), sauf sur un jean Pepe Jeans qui était, je vous le donne en mille, taille très basse et assez slim. Je ne serai pas étonné qu’il y ait un peu d’élasthanne dans cette affaire. À l’inverse, un jean aux cuisses très amples, type baggy, favorisera également le trou par l’effet d’abrasion, le tissu se frottant en permanence. Choisissez donc bien votre jean en fonction de votre morphologie. Vous êtes musclé des cuisses et avez de bons mollets, soyez encore plus vigilent dans votre choix. Sachant que la manière dont vous marchez influe également sur les tensions. Mais ça, vous n’y pouvez rien.

Finalement, même si certains puristes encouragent à ne pas laver votre jean pour avoir une meilleure patine, on ne vous le recommande pas. Sachant que c’est une zone qui subit beaucoup notre transpiration, le tissu est donc au contact de l’acidité et autres saletés, fragilisant fatalement ce dernier. Alors, un petit lavage de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal.


Alors, du coup, qu’est-ce qu’on vous propose ? On vous l'avoue, nous n’avons pas de baguette magique. Cependant, nous avons fait en sorte de limiter les probabilités que cela n'arrive. D’abord, nous avons opté pour une coupe droite ajustée avec une taille à la taille naturelle. Clairement, ce n’est pas un slim et la profondeur de la fourche est un bon renfort naturel pour limiter la tension. La toile que nous avons dénichée est naturellement confortable, donc pas besoin d’élasthanne pour limiter les frottements abrasifs. Pour reste, comme vous l’avez compris, on n’y peut pas grand-chose. À vous de bien choisir votre taille, mais ça, ça devrait aller.



Le premier prototype du Jean Rsurction


On était impatient de recevoir notre 1er prototype de jean. Et on n’a pas été déçu du résultat. Bien entendu, on a vu des points d’améliorations ici et là (épaisseur du tissu pour les poches, boutons, fil de couture, etc.). Mais dans l’ensemble, le 1er jet est plutôt réussi. Vous pouvez voir le rendu sur les quelques photos.

Notre 1er proto tout juste sorti de son paquet

La vérité réside dans le rendu du jean porté. Cela correspond bien à nos attentes. Il est bien au niveau de la taille. On est sur une longueur 34, donc c’est un peu long pour moi, mais pas de problème, je triche et je roulotte. Pour les versions finales, on va faire en sorte d’avoir 3 longueurs : 30 – 32 et 34. Mais on ne peut pas en rester là, il faut tester l’effet de retrait après lavage et séchage. Pour cela, on s’est mis dans les conditions qui sont un compromis entre l’usage que vous nous avez communiquez dans le questionnaire et le traitement idéal pour ne pas maltraiter le jean. Mais on n’a pas fait comme les puristes le recommandent (lavage en baignoire, à basse température). La réalité est que très peu de gens le feront. On a donc lavé notre jean à 30° et essorage 600 tours/min avec de la lessive pour textile noir. D'ailleurs, la majorité d'entre vous (41%) fait un lavage à 30° sans sèche linge. Préalablement, on a tout de même fait prendre à notre jean un bain d’eau avec du sel et vinaigre pour fixer la couleur afin que l’indigo ne dégorge pas à outrance sur vos sneakers blanches préférées ! On l’a fait sécher à plat sur l’étendoir familial. Résultat. Le jean a bien rétréci en longueur et en largeur, et de manière différenciée selon les zones. En gros, là où il y a de grosses coutures et où le tissu est bien tenu de part et d’autre, la toile rétrécie moins que sur des zones où le tissu est plus libre.

Le jean a été porté déjà plusieurs semaines. Plus facile de se faire une opinion qu'avec une belle photo de jean à plat.

À l’essai, c’est plus la même histoire qu'avec le jean de sorti de son sachet tout neuf. La taille a bien diminué, comme au niveau des cuisses. En général, on dit qu’il faut que le bouton du jean soit un peu dur à fermer au 1er port et qu’il se détendra en largeur comme le reste (taille, cuisse, genoux…) dans le temps. Il ne s’allongera pas en longueur par contre ! Cela n’a pas loupé, je suis bien serré dans mon jean (taille 30), et je sens bien le tissu sur mes cuisses (musclées, mais pas trop). Du coup, j’ai des doutes. Je me disais : « s’il reste comme ça, c’est quand même un peu trop petit pour moi ». Je prends du 30 chez quasiment toutes les marques. Je commençais déjà à penser et calculer de combien il faudrait augmenter à la taille, cuisse, etc. pour réajuster le patron. Là, je vous parle du mois de juin. Entre temps, il y a eu les vacances (sous 37° et en été, ce n’est pas l’endroit idéal pour porter un jean brut assez épais) et la rentrée. Et depuis quelques semaines, je porte de manière intensive le jean pour voir comment il évolue en temps réel. Je constate alors qu’il s’est bien détendu. Il a largement repris ce qui a été perdu. Par conséquent, les réajustements sur le patron seront que minimes sur la largeur. On n’est vraiment pas loin du résultat escompté. En plus, je peux vous dire qu’il a du style tout en étant confortable dès le 1er port !


On prépare donc vaillamment le second prototype de notre jean made in France : la coupe, mais également quelques détails de finition. On vous raconte ça dans un prochain épisode.


Et déjà, un gros merci à vous pour votre participation à notre questionnaire. Nous avons vraiment pu travailler sur votre cahier des charges !



Sothara

214 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
R_White_final.png
bottom of page